Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #poesie tag

FABLE ECRITE EN ATELIER SLAM

Publié le par Clionne

FABLE ECRITE EN ATELIER SLAM

Un jour où ça sentait bon les macarons dans les rues, un patron dans sa longue limousine autonome, un ado sur son overboard, un marathonien à l’entrainement et un enfant gourmand sans surveillance faisant ses premiers pas, eurent une envie pressante de ce délicieux gâteau.

 

La limousine du patron démarra en trombe et s’enfila dans une rue adjacente si étroitement qu’elle resta coincée.

Le marathonien arriva le premier à la boulangerie mais pris dans sa course, ne pensa pas à s’arrêter.

L’ado en overboard voulu sauter par-dessus la limousine pour impressionner ses potes, mais il atterrit bien trop haut, sur le balcon au 2e étage de la boulangerie et comme la fenêtre était fermée, il resta coincé jusqu’au retour tardif du boulanger. Il fut tellement traumatisé qu’une fois chez lui il ne voulait plus jamais s’enfermer dans sa chambre. Le comble pour un ado !

Le petit enfant, droit dans ses baby boots, ses petites fesses se balançant au rythme de ses pas, arriva donc le premier et acheta tous les macarons avec ses économies qu’il avait cachées dans sa couche-tirelire au grand désespoir des autres.

Il  faut parfois mieux, aller doucement et arriver à temps, que de se dépêcher et … tout rater !!!

Bourgeon

Publié le par Clionne

Bourgeon

Les fleurs c'est joli
Quand elles sont fleuries
Quand le soleil brille

Toute les ramilles
Sortent leurs bourgeon
De leurs verts cocons

Quand le soleil se couche
Les groupes de biches
Mangent l'herbe fraîche

Une fleurs douce tel
Une perle qui brille
Comme quand le soleil fendille

Louanne, 4ème C

L'hiver

Publié le par Clionne

L'hiver

Chez toi, il fait si froid et dehors il fait si noir.
Les flocons tombent tel des plumes ce soir.
La neige tombe comme l'eau d'une arrosoir.

A la fenêtre, je contemple les flocons de neige.
Quand je tend l’oreille, j’entends le vent qui bouge.
Je sors, je pétris la neige pour faire un mage.

Dehors, je sens l'odeur des cheminée qui brûlent.
Je déguste une délicieuse truffe et je mets un châle.
Et ! Oui, c'est l'hiver c'est une saison si belle.

Esteban Cazier.

En printemps

Publié le par Clionne

En printemps

Quand arrive le printemps
Il y a toujours qu'un temps
Et il y a des moments où c'est tentant.


Au bout de touts les troncs
Il y a énormément de bourgeons
Qui sont plus que mignons.


Il y a aussi les fleurs
Qui ont leurs propres odeurs
Ou c'est vraiment le bonheur.

Denis Margaux 4eC

Automne

Publié le par Clionne

Automne

En Automne les feuilles fredonnent
Leur nuance deviennent ocre
Notamment à cette époque

En Automne les feuilles tombent
Le ciel devient sombre
Toute la faune se métamorphose

Comme une mélodie harmonieuse
Les feuilles dansent avec le vent
Leur ombres s'en vont ensemble

Texte écrit par Alexane (en classe de 4ème)

Rames, Slam, Drames

Publié le par Clionne

Les portes s'ouvrent...

Les femmes foncent vers l'emplacement prioritaire

Celles qui ont réussit cachent leur sourire mais sont très fières

Celles qui attendent sont en chasse ou en guerre

Seules les femmes enceintes, elles, n'ont rien à faire

"J'arrive je suis à Concorde"

Hurle la fille au téléphone

Et dans la rame se pousse et se presse une horde de personnes

Dans le premier métro y a surtout des noirs, des maghrebins

Elle est là la France qui se lève tôt! Regarde bien

A côté de ceux qui ont fini leur soirée au petit matin

Et qui bercés par les secousses dorment sur leur strapentin

Le mec qui écoute sa musique trop forte

Est rentré quand ça sonnait et a bloqué la porte

Laissant la voie à d'autres qui écrasent, volent, pelotent

Jusqu'à La Défense on voit des hommes en costards

Qui tiennent à leur Blackberry comme à leur dernier espoir

Et des collègues qui débriefent tous les soirs

Sur les bruits de couloir ou sur leur vie rasoir

Tous s'accrochent à la barre centrale

Qui poisseuse de toutes ces mains sales

Contient tous les microbes de la capitale

A Châtelet, les touristes descendent dans un brouahah

Et d'autres montent des sacs siglés pleins les bras

Toujours en bande les ados parlent fort pour qu'on les voit

Et racontent des bétises auxquelles eux-mêmes ne croient pas

"Vous n'auriez pas une petite pièce?"

Demande, blasé, un SDF

Qui passant dans les rangées ne reçoit des gens que leur petitesse

Le vendredi soir y a que des jeunes, preuve que vieillir ca craint

Et en journée, y a toujours un couple qui se bouffe les lèvres et se tient la main

Ou ces filles qui pour paraître bronzées ont trop forcé sur le fond de teint

Et qui sont tellement oranges qu'on dirait qu'elles ont un problème de reins

C'est à Gare de Lyon que descendent les voyageurs

Qui avec leur valise se pressent pour être à l'heure

Et attraper le train qui les emmènera ailleurs, ailleurs

Coincés contre un mec qui pue, collés à sa peau moite

Un sac qui me vrille les côtes et m'empêche de rester droite

Je compte les arrêts de ma place étroite

Tiens bon... plus que quatre!

Soudain le train s'arrête

Un gamin gueule dans sa poussette

Le conducteur dit "merci de patienter"

et voilà les gens qui font la tête!

Pendant qu'un bonhomme me tousse au visage

J'entend le conducteur demander l'aiguillage

Et vois deux passagers qui de ras le bol et de rage

Viennent de commencer l'accrochage

On repart...

Dans le reflet de la vitre, j'observe un beau garçon

Mais je n'ai pas le temps de passer à l'action

Que déjà il se lève pour descendre à Nation...

C'est bon, ça y est, c'est mon arrêt

Vite, je m'en libère, je sors, je m'extrait

A coup de "Pardon... S'il vous plait...!"

Pour à nouveau, enfin! Respirer

Le métro, ce monde sans mot

Où l'autre est toujours de trop

Où tout se dit sans se dire avec pour seul langage le soupir

Où tout se qui se dit c'est "pardon, j'aimerai pouvoir sortir!!!"

Et dire que demain, déjà, il faudra recommencer!

Supporter, encore, de se coller, de se serrer

Et continuer, toujours, cette vie copiée, collée

Pleins de règles implicites, le métro est une gigantesque foire

Une véritable jingle sociale où la victoire est de s'assoir

Pleins de ce bruit de railles qui nous raille les oreilles et de ce paysage noir

Les publicités comme seules choses qui nous sont données à voir

Microcosme parisien, tunnels creusés, monde souterrain

Qui nous révèle à nos instincts de petites fourmis en chemin

Pour aller travailler sans fautes chaque matin

Et partout dans la ville c'est le même refrain

Avant d'arriver à destination

Et avant de descendre à sa station

Car si faisiez attention à chacune

Vous auriez remarqué que nous étions seulement sur la ligne une...

Rames, Slam, Drames

Ma Génération

Publié le par Clionne

Les femmes sont des hommes comme les autres

Entre copines on parle encore plus cru qu'entre potes

Et...

Les hommes sont des femmes comme les autres

Quand ils aiment c'est fou ce qu'ils supportent

Souvent elles draguent et font le premier pas

Parce qu'ils sont timides et que ça n'avance pas

Ils disent parfois non et les filles se rhabillent

Et maintenant y en a pas mal qui avouent qu'ils s'épilent!

Parce qu'il n'y a jamais eu de prince charmant

Et qu'à trop le chercher on ne trouve que des princes navrants

Parce que les princesses c'est toutes des pestes

Et qu'elles font l'étoile de mer ou bien la forteresse

Putain ce que j'aime cette génération

Où il y a de moins en moins de définitions

Et où chacun peut faire à sa façon

Qu'il soit une fille ou un garçon

Les hommes sont des femmes comme les autres

Pour eux aussi la pression est très forte

Et...

Les femmes sont des hommes comme les autres

Elles ont une bonne descente sur la bière et les clopes

Ils sont nombreux à porter du rose et des T-shirts échancrés

Elles sont de plus en plus à savoir se battre, à filer une raclée

Elles refusent une vie à la Ptite Maison dans la Prairie

Et quand ils parlent d'avoir une copine c'est avec envie

Parce que ce ne sont pas les filles qui sont faciles

Mais de mettre des garçons dans leur lit qui est si facileeee

Parce que c'est pour eux que c'est devenu difficile, en vérité

Ils n'sont pas à piles alors parfois ça bloque alors qu'ils voudraient!!!

Putain ce que j'aime cette génération

Où il y a de moins en moins de définitions

Et où chacun peut faire à sa façon

Qu'il soit une fille ou un garçon

Les femmes sont des hommes comme les autres

Pourtant ils leur tienne toujours la porte

Et...

Les hommes sont des femmes comme les autres

C'est dans leurs magazines qu'ils lisent leur horoscope

Elles regardent des pornos avant d'aller se coucher

Et pour elles décongeler c'est savoir cuisiner

Eux refusent souvent de se battre pour un rien

Et quand ils voient une araignée ne se sentent pas bien

Parce que les garçons sont les filles d'hier et que les filles sont d'aujourdhui

Elles en ont mis des hommes et en sont fières dans leur lit!

Parce que ok les filles se trouvent mais les garçons sont un peu perdus

Et qu'ils commencent tout juste à être ce qu'ils auraient dû

Putain ce que j'aime cette génération

Où il y a de moins en moins de définitions

Et où chacun peut faire à sa façon

Qu'il soit une fille ou un garçon

Mais sur les femmes et sur les types

Courent toujours d'infames stéréo-types

On dit que c'est la rencontre qui fait l'aventure humaine

Mais quel est l'intérêt si l'autre est toujours le même?

Alors s'il vous plait, continuez à être ce que vous voulez

Et piochez dans tous les gens que vous rencontrez

Un peu de défauts, de tics, de peurs, de qualités

Qui feront que vous serez... vrais

Ma Génération